La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

 Colloque de l'Onaps et du PRN2SBE  

16/01/2018, Dijon 

Save the date !   

Consacré à l'activité physique et à la sédentarité

chez les seniors

Définitions

Activité physique : tous les mouvements corporels produits par la contraction des muscles squelettiques entraînant une augmentation de la dépense énergétique au-dessus de la dépense de repos. Elle comprend tous les mouvements de la vie quotidienne, y compris ceux effectués lors des activités de travail, de déplacement, domestiques ou de loisirs.

Activité physique adaptée (décret 20 12 2016) : pratique dans un contexte d'activité du quotidien, de loisir, de sport ou d’exercices programmés, des mouvements corporels produits par les muscles squelettiques, basée sur les aptitudes et les motivations des personnes ayant des besoins spécifiques qui les empêchent de pratiquer dans des conditions ordinaires. 

Sport : toutes formes d'activités physiques qui, à travers une participation organisée ou non, ont pour objectif l'expression ou l'amélioration de la condition physique et psychique, le développement des relations sociales ou l'obtention de résultats en compétition de tous niveaux [1].

Sédentarité : Il est maintenant largement recommandé de distinguer les activités sédentaires des activités d’intensité légère et à distinguer leurs effets respectifs sur la santé [2]. Une confusion persiste encore entre ces termes d’inactivité et sédentarité :
L’inactivité caractérise un niveau insuffisant d’activité physique d’intensité modérée à élevée, ne permettant pas d’atteindre le seuil d’activité physique recommandé de 30 minutes d’AP d’intensité modérée, au moins 5 fois par semaine ou de 25 minutes d’AP intensité élevée au moins 3 jours par semaine pour les adultes. Pour les enfants et les adolescents, le seuil recommandé est de 60 minutes d’AP d’intensité modérée par jour.
La sédentarité ou "comportement sédentaire" est définie comme une situation d’éveil caractérisée par une dépense énergétique inférieure ou égale à la dépense de repos en position assise ou allongée (1,6 MET) : déplacements en véhicule automobile, position assise sans activité autre, ou à regarder la télévision, la lecture ou l’écriture en position assise, le travail de bureau sur ordinateur, toutes les activités réalisées au repos en position allongée (lire, écrire, converser par téléphone, etc.) [3].

MET ou Equivalent métabolique (Metabolic Equivalent Task) : unité indexant la dépense énergétique lors de la tâche considérée sur la dépense énergétique de repos [3]

- activités sédentaires < 1,6 MET ;

- 1,6 MET ≤ activités de faible intensité < 3 METs ;

- 3 METs ≤ activités d’intensité modérée < 6 METs ;

- 6 METs ≤ activités d’intensité élevée < 9 METs ;

- activités d’intensité très élevée ≥ 9 METs.

Santé : La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité [4]

      Définitions Onaps Définitions Onaps



[1] Charte européenne du sport révisée en 2001. Conseil de l'Europe, Comité des Ministres 

[2] Pate et al., 2008

[3] ANSES, 2016

[4] Préambule à la Constitution de l'Organisation mondiale de la Santé, adopté par la Conférence internationale sur la Santé en 1946

 


Partager via un média social

L'impact économique de l'activité physique et sportive sur l'entreprise, le salarié et la société civile

Posté le 05/05/2016

L'étude portée par le MEDEF et le CNOSF avec le soutien d’AG2R La Mondiale, cherche à déterminer s'il y a un lien entre la pratique d'APS et la santé d'un salarié et par voie de conséquence sur sa productivité. 

Parmi les premières observations, il en ressort qu'une personne qui est sédentaire et qui se met à la pratique de l’APS en entreprise, améliore sa productivité de 6% à 9%.

Pour consultez la synthèse de l'étude, cliquez ici.

Les médecins généralistes et la prescription d'activités physiques

Posté le 03/05/2016

La compagnie d'assurance Swiss life et l'Ifop ont réalisé une étude sur les médecins généralistes en France et la prescription d'activités physiques. Les entretiens se sont déroulés par téléphone auprès de 603 médecins du 28 septembre au 07 octobre 2015. L'étude réalisée avant l'amendement de la loi de santé, révèle que les médecins sont très motivés pour prescrire de l'activité physique mais qu'un référentiel et/ou une formation les aideraient à prescrire davantage d'activités physiques.

Par ailleurs, ils ont également été interrogés sur la question du financement des prescriptions d'activités physiques et pour 49% d'entre eux cela devraient incomber aux patients.

Pour retrouver l'étude, cliquez ici.

The economic cost of physical inactivity in Europe

Posté le 03/05/2016

Le rapport de 2015 du Cebr (Centre for Economics and Business Research) pour l'ISCA est sans appel quant à l'impact de la sédentarité sur les coûts de santé en Europe. Selon eux, la facture s'élève à 80.4 milliards d'euros par an, soit l'équivalent de 6.2% des dépenses de santé totales engagées par l'Europe. Ce montant pourrait avoisiner les 125 milliards d'euros annuels en 2030 s'il n'y a pas de changement.

Le rapport souligne également les méfaits de la sédentarité sur la santé et l'importance de pratiquer une activité physique régulière pour sa santé.

Le rapport est à télécharger ici.