La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux :

logo twitterlogo twitter@onaps_officiel

You Tube

Quand écran rime avec troubles du langage chez l’enfant

Regarder un écran (télévision, ordinateur, tablette, jeux vidéo, smartphone, etc.) est un comportement le plus souvent sédentaire qui a un impact sur la santé des individus, et en particulier des enfants. En plus des conséquences liées au temps passé assis, c’est une source de fatigue cognitive qui complexifie les tâches d’apprentissage pendant la journée.


Une étude récente* a évalué chez les enfants âgés de 3 à 6 ans le lien entre l’exposition aux écrans le matin avant d’aller à l’école et le développement de troubles primaires du langage (allant du simple retard de langage aux troubles spécifiques plus sévères du développement du langage).


L’étude montre que ces enfants ont trois fois plus de risques de présenter des troubles du langage. Le risque est multiplié par six dans le cas où l’enfant discute rarement, ou jamais, du contenu des écrans avec ses parents.
L’étude montre ainsi qu’en plus de la précocité de l’exposition aux écrans et de la durée, le moment de la journée où l’enfant est exposé a un impact sur sa santé, tout comme le fait de ne pas discuter du contenu des écrans avec ses parents.
L’Onaps rappelle qu’il est recommandé d’éviter l’exposition aux écrans pour les moins de 2 ans, et de la limiter à 1h par jour pour les enfants de moins de 6 ans, notamment le matin avant d’aller à l’école et le soir avant d’aller se coucher.
Les professionnels de santé et de la petite enfance ont un rôle majeur à jouer dans la prévention en informant les parents sur les risques encourus. Un échange entre parents et enfants apparaît par ailleurs nécessaire au sujet du contenu des écrans.


* Collet M. et al., L’exposition aux écrans chez les jeunes enfants est-elle à l’origine de l’apparition de troubles primaires du langage ? Une étude cas-témoins en Ille-et-Vilaine, 2019

Association de collectivités

Réseau des villes actives du PNNS rassemble les collectivités locales actives du PNNS à savoir les villes, les communautés de communes, les départements, les régions… et met à leur disposition des outils pour agir en faveur d'une nutrition favorable à la santé. 

Réseau français des Villes-Santé de l'OMS veut susciter une prise de conscience et inciter à agir en santé à travers toutes les politiques publiques et à tous les échelons du territoire français.

Elus, santé publique et territoires : L’association intervient sous différentes formes pour contribuer à la réduction des inégalités sociales de santé par la promotion des politiques locales de santé. 

Départements et régions cyclables rassemble les collectivités mobilisées pour le développement du vélo en France.

Programme Vivons en forme propose un programme de promotion de la santé axé sur l'alimentation et l'activité physique.

Association nationale des élus du sport (Andes) : Le réseau permet d’échanger sur les politiques sportives des villes et de représenter les intérêts des Collectivités locales auprès de l’Etat et du Mouvement sportif.

Villes amies des aînés : Suivant les recommandations de l'OMS, l'association explique aux villes comment mieux s’adapter aux besoins de leurs aînés, à créer un environnement urbain participatif et accessible aux personnes âgées. Le site comprend un chapitre sur les transports et la mobilité.

Politique d'utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies pour stocker des informations sur votre ordinateur.

Acceptez-vous l'utilisation des cookies ?