La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

 Colloque de l'Onaps et du PRN2SBE  

16/01/2018, Dijon 

Save the date !   

Consacré à l'activité physique et à la sédentarité

chez les seniors

Définitions

Activité physique : tous les mouvements corporels produits par la contraction des muscles squelettiques entraînant une augmentation de la dépense énergétique au-dessus de la dépense de repos. Elle comprend tous les mouvements de la vie quotidienne, y compris ceux effectués lors des activités de travail, de déplacement, domestiques ou de loisirs.

Activité physique adaptée (décret 20 12 2016) : pratique dans un contexte d'activité du quotidien, de loisir, de sport ou d’exercices programmés, des mouvements corporels produits par les muscles squelettiques, basée sur les aptitudes et les motivations des personnes ayant des besoins spécifiques qui les empêchent de pratiquer dans des conditions ordinaires. 

Sport : toutes formes d'activités physiques qui, à travers une participation organisée ou non, ont pour objectif l'expression ou l'amélioration de la condition physique et psychique, le développement des relations sociales ou l'obtention de résultats en compétition de tous niveaux [1].

Sédentarité : Il est maintenant largement recommandé de distinguer les activités sédentaires des activités d’intensité légère et à distinguer leurs effets respectifs sur la santé [2]. Une confusion persiste encore entre ces termes d’inactivité et sédentarité :
L’inactivité caractérise un niveau insuffisant d’activité physique d’intensité modérée à élevée, ne permettant pas d’atteindre le seuil d’activité physique recommandé de 30 minutes d’AP d’intensité modérée, au moins 5 fois par semaine ou de 25 minutes d’AP intensité élevée au moins 3 jours par semaine pour les adultes. Pour les enfants et les adolescents, le seuil recommandé est de 60 minutes d’AP d’intensité modérée par jour.
La sédentarité ou "comportement sédentaire" est définie comme une situation d’éveil caractérisée par une dépense énergétique inférieure ou égale à la dépense de repos en position assise ou allongée (1,6 MET) : déplacements en véhicule automobile, position assise sans activité autre, ou à regarder la télévision, la lecture ou l’écriture en position assise, le travail de bureau sur ordinateur, toutes les activités réalisées au repos en position allongée (lire, écrire, converser par téléphone, etc.) [3].

MET ou Equivalent métabolique (Metabolic Equivalent Task) : unité indexant la dépense énergétique lors de la tâche considérée sur la dépense énergétique de repos [3]

- activités sédentaires < 1,6 MET ;

- 1,6 MET ≤ activités de faible intensité < 3 METs ;

- 3 METs ≤ activités d’intensité modérée < 6 METs ;

- 6 METs ≤ activités d’intensité élevée < 9 METs ;

- activités d’intensité très élevée ≥ 9 METs.

Santé : La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité [4]

      Définitions Onaps Définitions Onaps



[1] Charte européenne du sport révisée en 2001. Conseil de l'Europe, Comité des Ministres 

[2] Pate et al., 2008

[3] ANSES, 2016

[4] Préambule à la Constitution de l'Organisation mondiale de la Santé, adopté par la Conférence internationale sur la Santé en 1946

 


Partager via un média social

Des précisions sur le décret "sport sur ordonnance"

Posté le 04/05/2017

La loi de modernisation de notre système de santé a introduit la possibilité pour les médecins de prescrire une activité physique aux personnes souffrant d’une affection de longue durée. 
Ce décret est désormais complété d’une instruction interministérielle communiquée aux Agences régionales de santé (ARS) et aux Directions régionales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS) pour faciliter la mise en œuvre et l’accessibilité du dispositif dans les territoires. L'instruction nous apprend que la prescription de l’activité physique sera faite sur un formulaire spécifique et pourra être dispensée par les professionnels de santé (masseurs-kinésithérapeutes, ergothérapeutes et psychomotriciens), les enseignants en activité physique adaptée ou encore les éducateurs sportifs.

 Pour lire l'instruction cliquez ici.

Sport, Activité physique et Qualité de vie au travail

Posté le 27/04/2017

Que ce soit pour des raisons de santé/bien-être ou de management/performance, la pratique des activités physiques et sportives dans l’environnement de travail connaît un réel engouement. La promotion des activités physiques ou sportives devient un enjeu de santé publique. Les initiatives se multiplient donc aux niveaux international, européen, national et local pour les promouvoir dans tous les environnements de vie y compris l’espace professionnel. Le think tank Sport et Citoyenneté propose depuis la fin d'année 2016, un ouvrage collectif donnant la parole aux différents acteurs en France et en Europe sur le thème Sport, Activité physique et Qualité de vie au travail (https://www.sportetcitoyennete.com/articles/sport-activite-physique-qualite-de-vie-travail).

Martine Duclos, membre du Conseil d’Administration du Think tank Sport et Citoyenneté fut l'un des contributeurs de l'ouvrage et concentra sa réflexion sur "Activité physique et santé, activité physique au travail, travail et santé : trois variables à mettre dans une même équation". Elle revient sur la notion de sédentarité, ses effets délétères sur la santé et l'activité physique dans le milieu professionnel. Quels effets ont les programmes mis en places dans les entreprises ?  Que penser de la position debout ? Les bureaux "modifiés" type standing desk, walking desk, sont ils efficaces pour réduire la sédentarité ?

Lire sa contribution ici.

Une nouvelle étude souligne les avantages du vélo et de la marche

Posté le 25/04/2017

Le British Medical Journal vient de publier une nouvelle étude sur les bienfaits des modes de déplacements actifs. Des chercheurs britanniques ont suivi dans tout le Royaume-Uni plus de 260 000 participants pendant 5 ans sur leur mode de déplacement pour se rendre au travail, que ce soit des modes actifs (marche, vélo) mixtes ou inactifs (voiture ou transports en commun).
S'il est déjà connu que les déplacements actifs sont recommandés pour introduire plus d'activité physique dans son quotidien et qu'ils sont associés à un risque plus faible de développer des maladies cardio-vasculaires, cette étude se distingue par les résultats obtenus sur chaque mode de déplacement.

Ainsi les déplacements à vélo sont associés à un risque plus faible de mortalité toutes causes confondues, de maladies cardio-vasculaires ainsi que de cancer et les déplacements à pieds sont associés à un risque diminué de maladies cardio-vasculaires avec un effet dose-dépendant et indépendamment des facteurs confondants. Les modes de déplacements mixtes comprenant une partie à vélo, s'avèrent associés à un risque plus faible de cancer et de mortalité toutes causes confondues. 
De plus, pour l'équipe de chercheurs ayant conduit l'étude, les politiques conçues pour amener la population vers des modes de déplacements plus actifs, notamment à vélo (par exemple: pistes cyclables, location de vélos, subventions pour faciliter l'acquisition de vélos) sont des opportunités à saisir afin d'améliorer la santé des populations. 

 

Pour lire l'étude, cliquez ici.

L'Ademe publie une étude d'évaluation sur les services vélos

Posté le 13/04/2017

Cette nouvelle étude réalisée pour le compte de l’ADEME par INDDIGO, a pour objectif de mieux connaitre l'ensemble des services développés autour du vélo (locations de vélos, systèmes d'aides à l'achat, vélos-écoles, ateliers d’auto-réparation...) et de comprendre les usages de ces services ainsi que les usagers.

L'étude se découpe en 5 éléments : 

- un rapport de diagnostic qui comprend la caractérisation des services étudiés et les recommandations opérationnelles,
- 5 cahiers techniques dans lesquels se trouve l'analyse des enquêtes auprès des usagers des services,
- une synthèse des résultats de l'enquête
- des infographies sur les principaux enseignements de l'étude.

Le rapport est en accès libre ici.

Nouvelles connaissance sur l'activité physique et les patients atteints d'un cancer

Posté le 11/04/2017

"Bénéfices de l'activité physique pendant et après cancer, des connaissances scientifiques aux repères pratiques" : l'INCA et e-cancer.fr proposent un état des lieux et des connaissances des différents effets à attendre de l’activité physique et de la réduction de la sédentarité pour les patients atteints de cancer. Le rapport revient d'abord sur les définitions et concepts, aborde ensuite la problématique de la fatigue et du déconditionnement physique des patients puis analyse les bénéfices de l'activité physique. Enfin il propose un focus sur l'adhésion des patients à l'activité physique et les freins et éléments facilitateurs inhérents à cette initiative. 

Ce rapport de 210 pages est à découvrir ici.